aller à la navigation

Bulletin d’adhésion Carte de fidélité Carrefour: conditions générales juillet 30 2012

Infos : , ajouter un commentaire

“Le simple fait de s’inscrire au programme de fidélité entraine l’acceptation entière et sans réserve des conditions générales d’utilisation de La Carte de fidélité Carrefour. Celles-ci peuvent être obtenues, sur simple demande, à l’accueil des magasins participants sur le site internet www.carefour.fr où à l’adresse suivante : La carte de fidélité Carrefour – BP 20251 – 33042 Bordeaux.

La Carte de fidélité Carrefour est valable en France, dans les magasins à enseigne Carrefour, Carrefour Planet, Carrefour Market, Carrefour Contact et Carrefour City participants (ci-après désignés «Ci-après désignés « Magasins Participants ») et auprès de nos partenaires. Ainsi grâce à l’Utilisation de votre Carte lors de chacun de vos passages en caisse dans les magasins participants ou auprès de nos partenaires, les cinq enseignes susvisées pourront mieux vous connaître afin de vous adresser des offres ciblées en fonction de votre comportement d’achat et de vos centres d’intérêt et vous pourrez ainsi des avantages du Programme de fidélité dans ces cinq enseignes et au près de nos partenaires. En souscrivant à la carte de fidélité Carrefour vous consentez à l’utilisation de vos données personnelles par la société Carrefour Hypermarchés, par les cinq enseignes et par les magasins participants. […]”  

Poèsie: Un amour à sens unique… juillet 19 2012

Infos : , ajouter un commentaire

amour1.jpg

Faut-il l’avouer ?

Laisser planer le doute,

Eviter la réponse qu’on redoute,

Céder à la passion,

Mordre à l’hameçon,

Succomber à la tentation,

Comment le dire ?

Un cœur qui désir,

Difficile de le retenir,

Eviter de souffrir,

Exprimer et souffrir,

Exprimer et sourire,

Comment être sûr ?

Un esprit préoccupé,

Un cœur saturé,

Un secret étouffé,

Comment réaliser ?

Des sentiments non partagés,

Aimer sans être aimé,

Un cœur réservé,

Le train est passé,

Absence de réciprocité,

Comment oublier ?

Une cicatrice éternelle,

Une pensée obsessionnelle,

Une amnésie partielle,

Effacer de l’esprit,

Un cœur meurtri,

Comment rebondir ?

Consumer sa passion,

Encore une déception,

Côtoyer la solitude,

Yatasou

 

SOCIETE: PAUVRETÉ INTELLECTUELLE ET CONSOMMATEURS SPINAUX juillet 18 2012

Infos : , ajouter un commentaire

reflechir2.jpg

De nos jours, on lutte beaucoup contre la famine corporelle et rarement contre la carence intellectuelle. Action Contre la Faim, UNHCR, PAM… Tous ces ONG ont pour objectif commun  l’assurance de la  sécurité alimentaire. 925 millions d’êtres humains sont sous alimentés selon les études du Programme Alimentaire Mondial. Qu’est qu’il en est de la famine intellectuelle?  Le rapport 2008 de l’UNESCO fait état de 774 millions de personnes éprouvant des difficultés à lire et à écrire dans le monde. Contrairement à la pitance physiologique, les provisions psychiques sont gratuites ou quasi gratuites. En effet, la nourriture intellectuelle est en accès libre dans les bibliothèques. Il suffit d’adhérer à cette institution via une modique somme et accéder au monde du savoir. Les frais d’adhésion sont en moyens de 5 Euros dans les bibliothèques municipaux. D’autre part, En France, les journaux comme 20 minutes, Métro, etc. sont disponibles pour satisfaire ce besoin.

Les œuvres littéraires sont les victuailles de l’esprit. La lecture fait partie de la pyramide des besoins. D’après la pyramide de Platon sur la société, le roi philosophe se trouve à la pointe et le peuple à la base. La configuration actuelle montre plutôt la situation inverse: les profanes guident et les savants suivent. J’ai découvert récemment  dans les transports en communs à Lyon qu’il y a des personnes qui ne connaissent pas encore Riemann ! Il semble urgent de venir au secours de cette souche de la population qui “meurt de faim”. Cette action est actuellement entreprise par des association caritatives comme le FONDS DECITRE. Parmi les périmètres d’action du FONDS, on peut noter: le Madagascar et le Cameroun.

La lecture est un exercice fastidieux mais indispensable au bon fonctionnement des facultés psychiques. Les sciences devraient servir et non desservir les facultés intellectuelles de l’Homme. Malheureusement avec l’essor des machines, l’homme évite volontairement ou involontairement de solliciter sa matière grise. En effet, des simples opérations d’addition ou de soustraction sont exécutées par des calculettes. Pourtant c’est au primaire qu’on apprend le calcul mental !

L’objectif final de l’Homme se limite t-il à diminuer sa réflexion et capitaliser du temps? C’est peut être pour ça que les chercheurs scientifiques sont moins connus et moins valorisés que les profanes. A mon avis la leitmotiv des capitalistes et/ou des industriels serait de créer et de maintenir un environnement propice à la prolifération des consommateurs spinaux: “Time is money”

Yatasou

Sources

1-www.decitre.org

2-fr.wfp.org/

Tchad: Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) et du Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG) juillet 16 2012

Infos : , ajouter un commentaire

7643116831_un-bulletin-de-paie.jpg

Décret 11-055 2011-01-21 PR/PM/MFPT

 

Vu la constitution ;

Vu le décret n°0342/PR/2010 du 05 mars 2010, portant nomination d’un Premier ministre, Chef du gouvernement ;

Vu le décret n° 0831/PR/PM/2010 du 16 octobre 2010, portant remaniement du gouvernement ;

Vu le décret n°1090/PR/PM/2010 du 24 décembre 2010, portant nomination d’un membre du gouvernement ;

Vu le décret n°720/PR/PM/2009 du 13 juillet 2009, portant structure générale du gouvernement et attributions de ses membres, et ses textes modificatifs subséquents;

Vu le décret n°509PR/PM/MFPT/2007 du 29 juin 2007, portant organigramme du ministère de la fonction publique et du travail ;

Vu le décret n°273/PR/PM/MFPT/94 du 19/10/1994, portant relèvement du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) et du Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG).

Décrète

Article 1er : Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) des travailleurs relevant des professions soumises au régime de la durée de travail hebdomadaire de trente neuf (39) heures, est fixé pour l’ensemble du territoire de la République du Tchad à 355 FCFA de l’heure.

Article 2 : Les travailleurs rémunérés au mois devront percevoir au moins cent soixante neuf (169) fois le salaire minimal fixé à l’article précédent.

Article 3 : En ce qui concerne les travailleurs des entreprises agricoles et assimilées, le taux horaire du salaire minimum agricole est fixé pour l’ensemble du territoire de la République du Tchad à 302,8 FCFA.

Article 4 : Les travailleurs agricoles et assimilés rémunérés au mois devront percevoir au moins deux cent (200) fois le salaire minimal agricole fixé à l’article 3.

Article 5 : Le salaire horaire, journalier, mensuel ou annuel à prendre en considération -pour l’application des dispositions qui précèdent est celui correspondant à une période horaire, journalière, mensuelle ou annuelle de travail effectif, ou de la période considérée comme équivalente.

Entrent dans le décompte de la rémunération, les avantages en nature et les majorations diverses ayant le caractère d’un supplément de salaire, mais sont exclues les sommes versées au titre de la majoration pour les heures supplémentaires ou représentatives des frais.

Article 6 : Lorsque la fourniture de la ration journalière de vivre est assurée au travailleur, dans le cadre des dispositions légales par les soins de l’employeur, celui-ci pourra retenir, à titre de remboursement du coût de cette prestation :

a)  pour la ration journalière, une somme par journée de travail équivalente au maximum à deux (2) fois le taux horaire minimum agricole garanti (SMAG).

b)  Pour un seul repas, une somme équivalente à une (1) fois le taux horaire minimum agricole garanti (SMAG).

En tout état de cause, la retenue opérée sur la rémunération du travailleur ne pourra excéder le coût réel des fournitures.

Article 7 : Les salaires minima des jeunes travailleurs de quatorze (14) à dix huit (18) ans, sous contrat d’apprentissage, ne peuvent être inférieur à 80% du salaire minimum du poste professionnel occupé.

Article 8 : L’application des dispositions ci-dessus ne peuvent avoir pour effet de réduire la rémunération dont bénéficiait le travailleur avant l’entrée en vigueur du présent décret.

Article 9 : Les infractions aux disposions du présent décret seront punies conformément aux peines prévues en la matière par le Code du travail et les actes subséquents.

Article 10 : Sont abrogées toutes dispositions antérieures contraires au présent décret notamment le décret n°273/PR/MFPT/94 du 19-10-1994, portant relèvement du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) et du Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG).

Article 11 : Le ministre de la fonction publique et du travail et le ministre des finances et du budget sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent décret qui prend effet pour compter de la date de sa signature, sera enregistré et publié au Journal officiel de la République.

(Sources: http://www.cefod.org)

Découvrir l’autre visage du Tchad… juillet 15 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Le Tchad pays d’une grande diversité culturelle et naturelle est un beau pays qui malheureusement n’est présent que sur le prisme de la guerre et des conflits politico militaire. Cette vidéo invite à découvrir ce pays berceau de l’humanité avec un esprit plus constructif dans ce que nous appelons la rencontre des coeurs, une démarche vers les hommes.

RER C DIRECTION JUVISY juillet 15 2012

Infos : , ajouter un commentaire

REC C
Nous fûmes le 07 juillet dans la région francilienne. Le TGV vint tout juste d’entrer en gare. “Bienvenue en gare de Lyon qui est terminus de ce train. Le commandant de bord ainsi que toute l’équipe de la SNCF vous souhaite un bon séjour. Nous prions tous les passagers de bien vérifier n’avoir rien oublié avant de quitter leurs places”, annonça le conducteur de train. Il fut 23h36 à ma montre. Certains passagers commencèrent à se diriger vers la porte de sortie pendant que d’autres rangeaient leurs affaires.

On entendait au loin des bruits sonores des locomotives certainement venant des villes environnantes. Impassible devant cette scène, je pris mon temps avant de débarquer à mon tour. En effet, rien ne sert de courir il faut partir à point. Il est évident que si tout le monde se levait en même temps cela provoquera un embouteillage humain. De toute façon les issus de sortie ne sont pas assez large pour laisser passer plus de deux personnes. Une file indienne serait la solution idéale pour fluidifier la circulation de cette marée humaine. Une minute de perdu peut parfois avoir des effets bénéfiques sur la civilité dans les transports en commun. Sur ce plan, on a beaucoup à apprendre des nippons qui ont sus exploité l’espace de façon rationnelle. Dans cette société, il semble naturel de se ranger sur la file de droite lorsqu’on emprunte les escaliers automatiques ; la file de gauche est réservée aux personnes pressées.

La tête à peine à l’extérieur qu’une brise légère et suave me caressa le visage. La température était douce. Les bords des quais étaient occupés par des voyageurs, des accompagnateurs ainsi que les agents de la SNCF reconnaissable à travers leur uniforme. La gare semblait abriter une scène où s’étalait le spectre des affects, joie et tristesse s’entrelaçaient, rires et larmes s’encastraient… Ceux qui accueillait sautaient de joie pendant ceux qui accompagnait pleuraient de tristesse. A quelques pas de la sortie du train, un couple s’embrassait tendrement. Les deux tourtereaux firent leur maximum pour graver un dernier souvenir dans le cœur de leur bien aimé. « Appelles-moi dès que tu arrives ! » cria la jeune femme à son adonise. « Tu me manque déjà », répliqua le jeune homme à sa dulcinée. Il fit 23h50 et il était temps de partir.

Peu à peu, j’avançai en direction de la ligne 14. Après avoir acheté mes tickets, je me dirigeai vers les portiques de sécurité. « Est-ce que je peux passer avec vous », glissa un adolescent à mon attention. Je lui répondis : « Oui, bien sûr ». A ce moment précis, juste avant de traverser le tourniquet une question me tarauda l’esprit : « Si les contrôleurs constatent ce flagrant délit qu’en cours le Saint Maritain ? » Certainement, une amende parce qu’il a voulu aidé son prochain. Cet acte qui paraît au premier regard bien est considéré comme un mal selon les lois de la société de transport. Ainsi, l’aide suivant l’angle de vue revêt un double sens. Si l’intelligence est la faculté de discerner le bien et mal, certains principes ou vertus sèmeraient le doute dans l’Esprit de l’Homme. Le bien et le mal forment donc un couple en parfaite symbiose. Je pris le métro en direction des Olympiades et je descendis à la station Bibliothèque François Mitterand. Il était 00h08. Le prochain RER en direction de Juvisy est prévu pour 00h13. Il dessert plusieurs gares parmi les quelles Choisy Le Roi. D’ailleurs, c’est le quatrième arrêt.

Dans les secondes qui suivent cette information, je me hâtai pour traverser les portiques. Quand la sonnerie annonçant l’entrée en gare du RER retentit, et que la locomotive pointa son nez, tous les usagers s’écartèrent des bordures des quais d’un mouvement uniforme. Le train s’arrêta quelques instants : quelques voyageurs descendirent du train pendant que les nouveaux passagers patientaient de part d’autres de l’entrée des voitures. D’un pas décidé, je m’avançai vers l’intérieur en heurtant au passage un bagage qui trainait sur le sol. « Attention ! », s’écria une vielle dame bienveillante. Je lui répondis : « Merci pour votre sollicitude. » A bord, il y avait plusieurs places inoccupées. Le RER avait deux niveaux et j’ai choisi de m’installer au Wagon du dessus. Toute de suite après, un signal sonore annonça la fermeture des portes et le départ imminent du train. Le RER peut enfin poursuivre son trajet.

Pour éviter de m’ennuyer, je sortis mon téléphone mobile et je commençai à lire mes mails. Un message important captiva mon attention. Pendant ce temps là le train poursuivait son chemin à la vitesse croisière. Quant à moi, je cherchais comprendre les tenants et les aboutissants de ce mail. Soudain, mon téléphone se mis sonner et mon esprit regagna brusquement son enveloppe charnelle tel un puzzle dont on venait d’imbriquer la dernière pièce. J’ai appuyé sur le bouton accepter et je dis : « Allo ! » et mon interlocuteur répondit : « Oui, tu es où ? » C’était mon ami qui venait aux nouvelles. Après un bref échange, il semblerait selon ses dires que j’aurais dépassé mon arrêt. Il était 1h44 et c’était le dernier train…

Yatasou

TRES CHERES OEUVRES… juillet 15 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Maison d’édition l’HARMATTAN

1- ” Et le Tchad demain…Verbatim” de Dr Ali Abderaman H. coûte 43.7€

2- ” François Tombalbaye 1960-1975 déjà le Tchad était mal parti” de Dr Bichara Idriss H. coûte 38,95€

Librairie DECITRE

1- “La peste” d’Albert Camus coûte 6.5€

2- “Le cimetière de Prague” de Umberto Eco coûte 8.10€

3- “Une saison blanche et sèche” de André Brink coûte 6.50€

Sources
1-http://www.editions/-harmattan.fr
2- http://www.decitre.fr/

Bus 65 Paris : Gare de Lyon Mairie d’Aubervilliers juillet 15 2012

Infos : , ajouter un commentaire

bus-65-paris-gare-de-lyon-mairie-daubervilliers.jpg

Nous fûmes le 10 juin 2012 dans une banlieue parisienne. Le temps s’annonça pluvieux et le ciel grisâtre. Quelques gouttelettes commencèrent à tomber. Il était près 18h.

Après un passage éclair dans cette banlieue; je m’apprêtai déjà à rentrer sur Lyon. En TGV, le trajet dure 2 heures. J’ai acheté mon billet sur Internet. J’ai opté pour celui de 20h27. Il a couté 69 Euros. C’est une bonne affaire sans carte de réduction ! La gare de Lyon est à une heure de la Mairie d’Aubervilliers en bus. Il était temps de partir ! Un de mes oncles m’a accompagné jusqu’à l’arrêt Mairie d’Aubervilliers du bus 65. Nous avions passé la journée ensemble. Nous étions chanceux ; il y avait déjà un bus au terminus. Le départ prévu dans quelques minutes. Nous avons profité de ce temps d’arrêt pour prolonger nos échanges. Le départ est imminent. On s’est dit au revoir et il est descendu. J’ai rangé mes deux bagages en face de la porte de sortie du bus sur une place prioritaire. Cette place du bus est réservée aux personnes à mobilité réduite ou aux poussettes des enfants. Il est rarement occupé au départ du terminus.

Le bus a commencé à parcourir son itinéraire habituel. D’arrêt en arrêt, il se remplissait progressivement. L’espace était occupé de façon anarchique. Il n’y a plus de places assises. Les derniers passagers seront naturellement en station debout. Il était difficile de sortir sans bousculer les autres passagers. Un geste involontaire est vite commis. Le bus était cosmopolite et la diversité remarquable. Il y régnait un esprit de société. Soudain, une bousculade éclate entre une Dame et une nouvelle passagère. Elle se plaignait du fait que le bus était difficile d’accès. Elle était rentrée par la porte de sortie. Elle accuse la Dame d’avoir mal placée sa poussette. Un enfant était assis dessus. La nouvelle passagère était probablement d’ici. Son corps est élancé et ses cheveux longs et bruns. Elle était vêtue d’un manteau de couleur beige et un pantalon blanc. Elle tenait dans ses mains un sac noir. Suite à un rappel par la nouvelle passagère sur le civisme dans les transports en commun ; le ton commence à monter et les noms d’oiseau fusent. Nous étions spectateurs de cette scène plu tôt banal dans les transports en commun. Ça ne fût plus le cas que lorsque des termes datant du 17ème siècle ont commencé être employés. Des rappels sur le planning familial ont été mentionnés. Chemin faisant, un passager courageux a été obligé d’intervenir pour trouver un terrain d’entente entre la Dame et la nouvelle passagère. Ne voulant rien entendre la Dame s’en ai pris au passager courageux. La Dame était dans un état de fureur. Elle était prête pour agresser toute personne tentant d’intervenir dans cette scène. La Dame avait le soutient de ses copines. La Dame et le passager courageux s’en sont venus aux mains devant des passagers blasés et silencieux. Le conducteur a été contraint de stationner temporairement le bus. Le passager courageux s’en est sorti avec la colle de sa chemise froissée. Nous n’étions plus loin de la destination de la Dame. Le conducteur a repris son parcours en silence.

Quelques mètres plus loin, la Dame et ses copines ont quittés le bus. Leur départ était accompagné des cris et des agressions en vers le passager courageux. Un bras d’honneur a été levé. La virilité du passager courageux a été remise en cause avec les termes suivants : « Descends ici si tu es un homme ! ». Nous nous sommes peu à peu éloignés de l’arrêt de la dame. La conclusion du conducteur a été sans appelle : « Voilà le résultat quand on n’est pas civilisé ! ». Il était 20h10. J’ai changé de bus en cours de route pour prendre un taxi. Malheureusement, Il n’y avait pas de taxi de disponible. Il était trop tard pour rattraper mon train. J’ai perdu 69 euros ! Plus la peine de courir. J’étais revenu à l’arrêt pour reprendre un autre bus 65. Arrivé à la gare, j’ai payé un autre billet qui m’a couté 123 euros.

Yatasou

SUMAL FOODS:Robot Buble Gum juillet 15 2012

Infos : , ajouter un commentaire

bubble-gum.jpg

 Cette gomme à mâcher a plus de 31 ans d’existence. Elle est fabriquée par le société SUMAL FOODS au Nigéria.En 1981, les aliments SUMAL a été fondée par M. Souhail Nassar Joseph. Dans la même année aliments SUMAL a commencé avec la production de gommes à bulles Twist et plus tard Robot de chewing-gum a été introduite. (Sources:http://www.sumalfoods.com/)

 


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 13 articles | blog Gratuit | Abus?